Échos du colloque 2021 : ici

Échos du colloque 2020 : ici


 

Colloque 2022 : 1er et 2 octobre 2022, à Paris

18 avril : Premières informations, non définitives. Cette page sera actualisée régulièrement au fur et à mesure de la préparation du colloque.

Intitulé, argumentaire, intervenants, vont encore se préciser et compléter  !

Entre idéalité et humanité, osons l’utopie et la créativité 

 

Notre réflexion, sur ce thème 

 

En ces temps chaotiques où professionnels autant qu’enfants de tous âges sont l’objet de contraintes de plus en plus étouffantes et déshumanisantes, il paraît vital d’aller explorer ce qui permet de se dégager des fatalités de nos histoires, de notre Histoire commune. En un mot, acquérir une place de Sujet.

Faire du lien entre ce qui, à la fois, sépare et réunit le réel et l'idéal, l'universel et le singulier, l’inconscient et le conscient, nécessite que nous soyons en mesure de faire preuve de créativité, d’imaginer le monde, pour réussir ce que nous pouvons appeler « l'art de la pontonnerie ». Les Ateliers de Réflexion sur la Condition Humaine nous offrent déjà des « ARCH » facilitants pour construire ces ponts !

 

Si la rêverie permet le développement de la créativité, elle est également essentielle à l'utopie qui donne vie à l'espérance.  Face aux obstacles personnels, professionnels et sociétaux qui se dressent devant nous, allons-nous baisser les bras, abandonner la rêverie et la liberté, ou plutôt oser ensemble ? 

 

Durant ce colloque, nos « u-topies » trouveront des lieux et les intervenants, ateliers et témoignages seront tous porteurs à leur manière d’une dimension créatrice permettant de jeter des ponts entre nos idéaux et la réalité.

Ils donneront matière à imaginer des petits pas et des grands pas pour conjuguer utopie et humanité, dans notre propre relation au monde, et pour accompagner dignement tous ceux qui ont besoin d'aide, entre autre avec ce que nous appelons le Soutien au Soutien.

 


Intervenants pressentis :

 

Christiane Page

Professeur des universités en études théâtrales à l'Université de Rennes 2 Haute Bretagne

Département Arts du spectacle de l’UFR Arts, Lettres, Communication .

A orienté sa recherche vers l’analyse des relations théâtre/éducation/formation (enfant, adulte, amateur,

professionnel)

Exerce actuellement comme Psychologue clinicienne et psychanalyste

  

Membres d'un collectif porteur d'un projet deTiers lieu Populaire Ecologique et Culturel :

"la maison Florian" dans le XXème arrondissement de Paris

 


Organisation, contenu :

 

du samedi  9h30 au dimanche 16h

 

Conférences suivi d'échanges, ateliers divers (dont des ateliers « créatifs »), témoignages à propos de lieux où l’utopie est « en acte ».

Nous espérons en particulier présenter un film sur l’école Jacques Lévine, école des 4 langages 


En complément, pour accompagner l'entrée dans ce thème

Des propos qui ont inspiré le CA dans sa préparation de colloque, pistes de lectures possibles ?

 

Dans sa réflexion sur le thème du colloque 2022, le CA de l'AGSAS  été frappé par la pertinence, pour les temps actuels, des propos pourtant un peu anciens d'Albert Jacquard et de Jacques Lévine.

 

Sur la 4ème de couverture du livre d'Albert Jacquard, Mon utopie, on lit ceci (2009) : 

" J'atteins l'âge où proposer une utopie est un devoir; l'âge où les époques à venir semblent toutes également éloignées : qu'elles appartiennent à des siècles lointains ou à de prochaines décennies, elles sont toutes tapies dans un domaine temporel que je ne parcourrai pas. " 

À une époque où tout le monde ne parle que de " réalisme " pour en fait imposer la dictature de l'argent, Albert Jacquard prend ici du recul. Recul par rapport à sa propre trajectoire dont il retrace le fil ; recul par rapport à l'actualité et ses contraintes en imaginant ce que pourrait être une "Cité où tout serait école ", où le travail aliénant serait réduit au minimum, où personne ne se soucierait du déficit de la Sécurité sociale parce que les soins seraient considérés comme un droit imprescriptible, où la lutte pour la compétition serait abolie, où l'accumulation des richesses céderait le pas à l'organisation des rencontres...

Utopie que tout cela ? Bien sûr, mais raisonnable. Le cours des choses n'a-t-il pas déjà commencé à donner raison à Albert Jacquard ? Et puis, qu'y a-t-il de plus sensé que de chercher une nouvelle voie quand nous savons les autres irrémédiablement bouchées ? 

 

Dans Anthropologie des savoirs scolaires, en 2008, Jacques Lévine écrit, sur la question de l'hétérogénéité  : 

« Le problème de fond revient à résoudre la quadrature du cercle : combiner la conduite collective de la classe avec le souci du développement optimal de chacun. Nous avons à inventer les stratégies et détours nécessaires pour développer des enfants pas pareils au départ, qui ne seront pas nécessairement pareils ou égaux au terme du parcours, mais à qui auront été donnés entre temps des chances pareilles en matière de compétences diversifiées. 

Utopie ? Peut-être, mais il n’existe pas de pire utopie que celle qui prétend qu’on peut se passer d’utopie. »

Son utopie : le "Moi groupal de deuxième type", la "pédagogie des trois alliances", etc.