La Lettre de l'AGSAS n°70

 

 


ÉDITORIAL

 

Rester en contact, maintenir le lien, perpétuer le sentiment d’exister - vital dans les relations qui nous sont si chères et indispensables - a été notre préoccupation essentielle au cours de cette année « agsassienne » à nouveau perturbée par deux confinements qui ont, chacun leur tour, anéanti nos espoirs de nous retrouver en présence.

 

À l’heure des bilans de fin d’année, je pense que nous pouvons affirmer que cette préoccupation et ce que nous avons tenté de mettre en place - malgré tout - a porté ses fruits. En témoignent certains retours que nous avons eus à l’issue des formations aux ARCH, comme après les quatre séminaires tous tenus en visio-conférence :

« C’est exceptionnel cette présence que chacun a malgré tout et ça m’étonne qu’on y arrive à ce point, c’est mieux que ce qu’on avait imaginé que ce serait… »

« J’ai été étonné de la façon dont les séances de séminaire marchent et comment elles me servent dans ma pratique d’animateur… »

« J’ai l’impression d’avoir fait un parcours entre le refus initial, l’agacement par rapport à la technologie et maintenant […] J’ai l’impression d’avoir vécu quand même un sentiment de continuité et je pense au « sentiment d’exister » de Winnicott et cette continuité a pu exister à ma grande surprise, pas seulement par rapport à l’AGSAS mais aussi par rapport à moi-même […] c’est une nécessité vitale de continuer d’exister, forcément avec les autres […] les autres réflexifs, accueillants de l’AGSAS, je ne peux pas m’en passer et tant pis si c’est à travers les écrans… ».

 Tous ont cependant affirmé le manque de la présence des corps, des petits gestes qui nous relient, des sourires adressés où nos yeux rencontrent d’autres yeux…

 

Alors, si on me demandait là, maintenant, ce qui m’a le plus manqué au cours de cette année écoulée, eh bien je dirais : la possibilité d’une rencontre ! Oui, de celles rendues possibles avec la liberté de sortir hors de chez nous, hors de notre monde pour nous laisser aller à l’inattendu de la présence de l’autre, présence qui forge ces rencontres qui embellissent, élargissent nos vies et révèlent à nous-même qui nous sommes.

 Ce sont toutes ces opportunités que nous avions, par exemple, lorsque nous nous retrouvions lors des colloques, des séminaires, des formations, dans les échanges informels entre deux espaces, au cours des repas partagés, des soirées, des sorties au musée, au cinéma ou au théâtre…

         J’aime à penser avec le philosophe Charles Pépin ce qu’est une vraie rencontre, une rencontre réussie : « Au fond, la rencontre est un combustible qui agrandit la vie, qui agrandit le rapport au monde, qui agrandit les idées, qui élargit notre espace intérieur… ».

 Alors oui, maintenant nous avons besoin de sortir de notre monde, de notre entre soi, pour nous laisser aller à l’imprévu, à l’inattendu, à l’improvisation parfois, bref à la rencontre.

 Le temps des retrouvailles agsassiennes est pour bientôt et notre colloque d’octobre nous en offrira une belle opportunité.

 

Et je terminerai sur ces mots prêtés à Paul Eluard :

« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous »

 

Bel été à toutes et à tous et à bientôt, en vrai !

Véronique Boquin-Sarton

    Présidente de l'AGSAS

veroniquesarton@hotmail.fr



 

VIE DE L' AGSAS

 

 

Colloque 2021

Comme nous vous l'annoncions dans la Lettre n°69, le colloque AGSAS aura lieu les samedi 2 et dimanche 3 octobre 2021 à Paris.

 Les métiers de la relation : l'éthique en actes.

Découvrez l'argumentaire, la présentation des intervenants et bientôt le programme et le bulletin d'inscription sur le site de l'AGSAS, ici !

 

 


Formations

À Paris, Lyon et Toulouse, dates et inscriptions pour les formations aux ARCH pour l'année 2021/2022 sont sur le site.

 

 

 


La Revue "JE est un autre"

Nouveau format pour la revue n° 31 qui vient de paraître ! Elle a pour thème :

Prendre soin, ensemble, des lieux et des liens éducatifs.

Tous les renseignements pour se la procurer sont sur le site de l'AGSAS.

On y trouve, entre autres, les textes des intervenants du colloque : Bernard Golse, Pierre Delion, Xavier Gasmann, et les témoignages des enseignants de l'école Jacques Lévine et du Microlycée 94.

 

 


Adhésions

Vous êtes ou vous avez été récemment adhérent de l'AGSAS.

Vous connaissez ses valeurs, vous savez que c’est un lieu de coréflexion et d'action où chacun s'efforce de penser l'humain dans sa complexité. Chacun, enfant ou adulte, y est considéré comme un sujet singulier, "apportant" pour construire, en relation avec d’autres, une école et un monde plus humains.

Vous avez sûrement votre pierre à apporter ! 

Rejoignez-nous, faites connaître l’AGSAS autour de vous.

 

Les adhésions sont les seules ressources de l’AGSAS. Elles fonctionnent par année scolaire, vous pouvez télécharger le bulletin d'adhésion pour 2021-2022.



 

ACTIONS AVEC LES PARTENAIRES

 

 

Le vécu du confinement...

...par des parents, militants Quart Monde. Retrouvez leurs témoignages, ici

Rappelons que les militants Quart Monde sont des personnes en situation de précarité, engagées dans la lutte contre la grande pauvreté.

Et les réflexions des enfants et des adolescents, depuis l'hôpital ou leur domicile, c'est un extrait de la revue "Si on rêvait...", et c'est ici.

 

 


Si on rêvait...

L’association SI ON RÊVAIT a pour objet « d’aider l’enfant malade, hospitalisé ou à domicile, à étayer et reconstruire sa vie scolaire, affective et sociale. Elle propose une démarche pédagogique prenant appui sur l’image photographique, qui cherche à restituer à l’enfant son rôle de "producteur de pensée". 

Dans l'introduction au livre Si on rêvait (Belin, 2005), Jacques Lévine écrit que l'image "est un merveilleux médicament [qui] a une fonction de revitalisation, de transporteur de vie et d'envie de vivre. Il emmène dans un autre espace qui s'ajoute à celui où nous vivons". 

L'atelier "Si on rêvait" est mis en œuvre par des enseignants exerçant dans des écoles implantées dans les hôpitaux d’enfants, dans des classes spécialisées, en ULIS et parfois même au domicile de l’enfant. 

Le journal n° 32 vient de paraître.

 

 


Assemblée générale OCCE du Jura 2021

Partenaire de l'OCCE depuis de nombreuses années, l'AGSAS a été invitée à l'AG de l'OCCE du Jura en 2021. Maryse Métra nous en parle : 

Des actions se sont développées dans plusieurs départements. En novembre 2021, Gilbert Jeanvion et Philippe Beucler ont participé à une « journée école/familles » initiée par l'OCCE du Jura, et ce mercredi 31 mars 2021, nous étions invités à participer à leur Assemblée générale.

Après la lecture du rapport moral et financier, l'OCCE 39 tenait à présenter à ses adhérents trois associations partenaires :

-      l'AGSAS (les ARCH et les Groupes de Soutien au Soutien)

-      le Ô des mots (arts graphiques et poésies)

-      Art'monie (spectacles participatifs jeune public, bals théâtralisés...).

Si de nombreuses actions ont dû être reportées ou annulées à cause des mesures sanitaires liées à la pandémie, l'OCCE reste très présente auprès des classes avec des animations adaptées, et le projet 2021-2022 veut faire la part belle à une pensée créative et coopérative. Nous avons tenu à leur apporter tout notre soutien !

 

 


Bon anniversaire à l' AGEEM

L'AGSAS sera présente au prochain congrès de l'AGEEM, Association Générale des Enseignants des Écoles et classes Maternelles publiques.

Lire le texte de Maryse Métra.

Elle retrace un compagnonnage de plusieurs décennies avec les enseignants de Maternelle, pour une "prévention prévenante".

 

 


Journée du refus de la misère

L'AGSAS sera partenaire de la journée du 17 octobre 2021 du refus de la misère.

Cette année, le thème est :

Dignité et pouvoir d'agir : remettre les droits humains au coeur de la vie en société

Toutes les informations, note concept et kit pédagogique, à télécharger sur le site de l'AGSAS

 

 

 

 

 


Collectif RASED

À lire, le compte-rendu de la réunion du collectif RASED en visio du 19 mai 2021 !

C'est ici.

Et un message du Collectif :

Lors de la réunion du Collectif de défense des RASED où Maryse Métra représentait l’AGSAS, la représentante de la FCPE a eu la superbe idée de demander des témoignages :

Que serait une école sans RASED ?

Elle va solliciter des parents, et les autres membres du collectif ont décidé de relayer cette invitation. Si cela vous inspire, un mot, quelques phrases, un texte, un poème, pourquoi pas un dessin… votre prénom, votre fonction... autour de cette question : que serait une école sans RASED ? Vos propositions sont à adresser à m.m.metra@orange.fr

 

 


FNAME

Le colloque de la FNAME initialement prévu à Nantes à l’automne 2020, déplacé pour cause de crise sanitaire début avril 2021, n’a finalement pas pu avoir lieu. Néanmoins, une réunion a été proposée en visio le samedi 3 avril 2021 de 9h à 12h.

Christine Mariotte était présente et nous parle de cette réunion.

Elle a été animée par le Groupe de Travail en lien avec le Comité Scientifique de la FNAME sur le thème :

CO-INTERVENIR,

regard renouvelé sur nos pratiques au service des élèves en difficulté.

Retour sur trois années d’étude accompagnées par

Corinne Mérini (excusée ce matin), Serge Thomazet, Laurent Lescouarch

Cette réunion a compté 125 participants. Les membres du groupe de travail et les membres du comité scientifique ont présenté leur travail depuis la problématique initiale et les questionnements qui ont émergés suite à un sondage auprès de 120 adhérents de la FNAME, jusqu’à l’élaboration d’une réflexion qui s’est développée et enrichie au fur et à mesure.

Co-intervenir : intervenir ensemble sur le parcours de l’élève … Oui mais comment, où, quand, qui, pourquoi faire… ?

Un diaporama très bien fait nous a permis d’y voir plus clair :

· Catégorisations de différents types de co-intervention,

· La question des territoires, frontières et passages

· Les thématiques du débat de métier organisé en janvier 2021

·Les différents dilemmes

Au fur et à mesure de la réunion, les participants étaient invités à poser des questions via le tchat, auxquels les intervenants ont répondu. Les participants ont réagi très positivement à cette matinée au contenu riche et au fait de pouvoir se retrouver un moment et échanger même à distance.

Pour aller plus loin : Compte-rendu de la matinée et diaporama sont à télécharger sur le site de l'AGSAS dans la rubrique "Actualités, Ça s'est passé récemment..."

 

 


CEPE : Visio conférence du 7 mai 2021

Sabine Gessain nous transmet les principales informations :
L'ouvrage collaboratif Enfance : état d'urgence. Nos exigences pour 2022...et après ! devrait sortir le 26 août prochain.
Une soixantaine de contributions sont attendues de la part d'associations inscrites dans le champ de l'éducation, de l'éducation populaire, de parents d'élèves, de la santé , des droits de l'Homme, de RESF (Réseau Éducation Sans Frontières), de la justice, des syndicats, de la culture, de la protection de l'enfance, etc.
Claire Brisset, ancienne défenseure des enfants, en assurera la préface.
Lire ici la contribution de l'AGSAS, Avoir le souci de tous et de chacun.
D'autre part, une marche pour la cause des enfants sera organisée, probablement le 16 octobre 2021, à Paris et en régions.
D'autres pistes sont possibles pour sensibiliser le public à la cause des enfants : les réseaux sociaux, le salon du livre de la jeunesse, l'UNESCO, le train de l'enfance.


 

À DÉCOUVRIR

 

 

Devenir chef d'établissement,

continuité ou rupture ?

L'auteure, Françoise Botté-Allain,  a été cheffe  d'établissement pendant 22 ans ; elle anime des groupes d'analyse de la pratique de type Balint avec des personnels de l'Éducation nationale, dont des chefs d'établissement. Elle est membre de l'AGSAS depuis longtemps.

À partir d'entretiens conduits avec des personnels de direction, chefs ou adjoints, elle analyse ce que chacun d'eux vit en accédant à cette fonction, ses questionnements et remaniements internes plus ou moins importants, en lien avec la représentation qu'il se faisait de cette fonction avant d'y accéder. 

L'ouvrage est préfacé par Bernard Delattre, secrétaire général de l'AGSAS pendant plus de 20 ans.

 

 


Cinéma

 Michèle Girardin-Morel est membre de l’AGSAS depuis de nombreuses années.

Sur son site « Les passeurs », elle nous offre un espace de rêverie poétique qui donne à penser dans différents domaines, cinéma, livres, poésie, etc.

 On y trouve, entre autres, deux savoureuses critiques de films :

La bonne épouse de Martin Provost

et

Adieu les cons de Albert Dupontel

 

 


Tout tremble

Un livre présenté par Martine Lacour Masvigner.

« Dans un monde que l’on dit sans espoir, nous essayons de rester malicieux et de continuer à faire des choses.
De ne pas laisser la sidération gagner la partie. De déjouer la fatalité, oui, mais avant tout celle qu’on éprouve en soi-même ». 
Tout du haut de ses 30 ans, c'est ainsi que nous portent les mots de Blandine Rinkel, romancière, musicienne, danseuse et participante au groupe «  Catastrophe »
Tout tremble, nous dit-elle, « dans une conversation habitée par le goût de la littérature, de la pensée et de l’art d’être présent aux autres » avec Jean-Marie Durand, ancien rédacteur des Inrockuptibles, quelque chose de sa vitalité nous aide à traverser nos inquiétudes pour « voler de la joie » au chaos du monde. 
Ce que Les éditions Gallimard ont réussi avec leur collection «  Tracts » et notamment,             «Tracts en crise » pendant le confinement, en faisant entendre dans le chaos contemporain, 
des femmes et des hommes de lettre, Les Presses Universitaires de France pour leur centenaire nous offrent «  des récits qui ouvrent des horizons ». 
Les souvenirs et savoirs esquissés par des penseurs, des écrivains ou des artistes nous guident «  sur la voie d’une nouvelle espérance collective. »
De ces lectures nous ressortons ressourcés, grandis et porteurs de ce que Jacques Lévine appelait de « la plus value-humaine ».


 

NOS ÉCRITS

 

 

Au bout du bout du monde

Énergie et espoir avec ce nouveau poème de Martine Lacour Masvigner, à savourer ici



 

Image libre de droit, Inconnu

Site Gettyimages.fr

Photo Boris Boisset,

pour La Lettre n° 70



Vous avez pris connaissance de la nouvelle forme de la Lettre de l’AGSAS.

Donnez-nous votre avis en cliquant ici, ce qui nous permettra de l’améliorer…